Prévert



Mes soeurs, parce que je suis toujours "ailleurs" et pour me taquiner m'ont partagé cette phrase de Prévert sur un réseau social. J'en souris encore.

Pourquoi serai-je offensée par la vérité...

Une histoire de temps



Je ne suis jamais tombée amoureuse.

"Tombée" implicite une chute. De la vitesse. Or, pour moi le sentiment d'amour ne se conjugue que lentement. En détachant bien les syllabes. C'est de l'ordre du temps astronomique, des étoiles qui naissent puis meurent et dont dix mille ans plus tard on perçoit le dernier battement de leur coeur de lumière.

Je ne suis jamais tombée amoureuse. Je ne sais pas ce que c'est que le coup de foudre. L'amour pour moi c'est de l'ordre de la découverte merveilleuse. De l'étonnement. Du petit pas par petit pas. De la combustion lente. Du soleil rouge.

L'amour c'est de la lumière en supplément. Et c'est quelque chose qui, en moi,  ne pourra jamais mourir que très lentement. Peut-être...

Quand je dis, pense ou écris "Mon Amour" il y a dans ma tête, mon corps, un éblouissement. Un débordement irrésistible d'eau vespérale. A chaque fois. Et bien que la langue m'impose un possessif je suis parfaitement à l'aise et tout à fait consciente que l'autre ne m'appartient pas.

Le bonheur c'est de n'en ressentir que de la joie.




Sérénité



Aujourd'hui je vois
Je vois que je suis mon propre enchantement
Que la source n'est qu'en moi
Pas en l'autre.


Maya qui me retenait par la cheville
Me lâche enfin
Je peux à nouveau flotter         dériver
Face au soleil.

Assez seule pour ne plus l'être.

2017




De Wladimir à Véra






Oui, j’ai besoin de toi, mon conte de fée. Car tu es la seule personne avec qui je peux parler de la teinte d’un nuage, de la chanson d’une pensée — et de la façon dont, quand je suis allé travailler aujourd’hui et que j’ai regardé un grand tournesol dans les yeux, il m’a souri de toutes ses graines. […]
À bientôt mon étrange joie, ma tendre nuit.


Nabokov


Extrait issu du site DesLettres.fr

Graines de poète




Je sèmerai les mots
comme Poucet les cailloux
et un jour ils fleuriront
dans la paume de tous ceux
qui auront eu la curiosité
de les ramasser.



2017




Le dire...





J'ai osé. Lui dire que je lui parlais toujours avec douceur et patience. Que cette douceur et cette patience étaient naturelles chez moi et en aucun cas le fruit d'un effort, d'une volonté. Que je n'étais que bienveillance envers elle. Et que je méritais en retour la même bienveillance. Non comme un "dû" mais comme une reliance d'amour. Un ouroboros lumineux.

Je ne m'explique pas pourquoi j'ai ressenti une telle honte à énoncer une vérité simple.

Parfois je ressens une telle fatigue à être juste ce que je suis. A être doucement humaine dans un espace où tous se déchirent à pleines dents. En famille. Entre gens du même sang. Alors je me mets à planer au-dessus d'eux. Au-dessus de tous ces gens blessés que je ne peux pas réparer parce que parler est impossible.




Bobin





Lauri Lohi








"Aujourd'hui mon amour je suis trop fatigué pour t'écrire. Tu trouveras dans ton coeur une lettre de plusieurs pages, remplies de silence. Lis-la lentement. La lumière de ce jour l'a écrite en mon nom. Il n'y est question que de toi et de ce repos qui me vient chaque fois que je tourne mon visage vers ton visage là-bas, à plusieurs centaines de kilomètres"..


Christian BOBIN - L'Enchantement simple

Ma réalité...






Bonne Saint Valentin à toutes et tous...

Merci Jacques





      Très touchée par ce texte et cette voix découvertes chez Jacques du blog Le monde est plus grand que nos yeux




Bobin




"Toute rencontre m'est cause de souffrance, soit parce qu'elle n'a lieu qu'en apparence, soit parce qu'elle se fait vraiment et c'est alors la nudité du visage de l'autre qui me brûle autant qu'une flamme."

Christian Bobin  "Ressusciter"


Françoise de Felice